Une pause à durée indéterminée

Je suis arrivée au bout. Je sais que j’ai atteint mes limites. Il est temps de se recentrer, de se déconnecter le plus possible.

Quand l’inhumain est arrivé encore sur notre sol, j’étais déconnectée, j’étais sans réseau . J’étais en vacances à la montagne, coupée du monde et bien heureuse de l’être. Et puis il y a eu un coup de téléphone qui m’a appris cette énième horreur . Je n’ai su que l’essentiel et c’était déjà trop. Et nous avons continué notre séjour, déconnectés, désireux de rester dans notre bulle…loin des images, loin de l’horreur. J’ai regardé les enfants jouer…loin de cette barbarie…bien loin. Je les ai observés, je me suis imprégnée de ma fille…ils ont construit des cabanes, fait des bateaux, attrapé des têtards…ils se sont construits des mondes…des mondes sans horreur.
Cette déconnexion forcée, cette absence d’information m’ont permis de comprendre qu’il était tant de prendre le large…de rester centrer sur soi, sur sa famille, sur sa vie, sur l’essentiel. Jusqu’à quand vais-je vivre avec le minimum de connexion? Je ne sais pas…sûrement quand je serai plus distancée avec ce monde de barbare.
Peut-être que pour mieux accepter cette période violente que nous allons vivre, il va falloir apprendre à se déconnecter …pour se protéger…pour pouvoir composer avec la violence, la mort, la barbarie.
Je resterai surement sur instagram. La photo c’est ce fragment de beau que l’on immortalise. La photo c’est le regard que l’on porte sur le beau.

temps-de-pause

 

Mes lectures 2016 #18

logoLecture2016En voilà un de livre qui vous tient en haleine et que vous ne pouvez pas laisser fermer. En deux jours, je l’ai lu…Captivant…Franck Thilliez est épatant, il m’inquiète quand  même un peu. Utilise-t-il des produits illicites pour écrire? Ou tout simplement est-ce un génie? Mais où va-t-il chercher son inspiration? Encore noir et machiavélique à souhait. Le lecteur est plongée dans la folie humaine, la souffrance. Certes, il y a une enquête mais ce n’est pas une enquête policière. Encore une fois, il explore le cerveau dans sa partie psychiatrique. Le fil rouge c’est Alice et ses trous noirs, ses absences.Mais le lecteur côtoie d’autres personnages qui sont tout autant intéressants. Leurs histoires s’entremêlent.

C’est mon premier coup de coeur estival. Une lecture enthousiasmante que je vous conseille vivement.

9782226325990-j

Alice sait que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête. A l’hôpital de Lille, son psychiatre doit lui révéler le résultat d’un an de traitement, lui apporter cette lumière qu’elle recherche depuis si longtemps.
Mais les événements étranges qui se multiplient autour de la jeune femme vont l’en empêcher : cette photo récente de sa sœur jumelle, pourtant morte dix ans auparavant, qu’elle récupère des mains d’un immigré clandestin ; son père, agressé chez lui à l’arme blanche, et qui prétend avoir tenté de se suicider ; ce chemisier ensanglanté qu’elle découvre dans sa douche et à propos duquel elle n’a pas le moindre souvenir ; cet homme retrouvé nu dans un abribus et qui semble avoir vu le diable en personne.
En un mot, Alice vient de prendre un aller simple vers la folie…

Source Babelio

 

DIY- adoucissant

Comme vous savez, je traque les perturbateurs endocriniens et j’essaye de limiter au maximum les produits chimiques. Comme dirait mon Homme, je suis passée d’une extrême à une autre. Il m’a connu avec tout un tas de produits ménagers super nocifs…Mais voilà, je suis devenue maman!

Quand j’ai eu ma fille, mon amie Vivi m’a dit « Niet les adoucissants pour le linge ». Donc pendant quelques années, il n’y avait plus d’adoucissant à la maison avec zéro produit chimique.

Et voilà, depuis quelques temps, j’en fais un, maison. Je réutilise un vieux bidon d’adoucissant (cherry on the cake, je limite les déchets). Je le remplis de vinaigre blanc (grand ami de moi) et j’y ajoute de l’huile essentielle selon mon goût (lavande, citron…) environ une trentaine de goutte. Et voilà le tour est joué, j’utilise le verre doseur du flacon.

P1290542

 

Mes lectures 2016 #17

logoLecture2016Ce roman m’a été offert entre autres car l’héroïne Ella est enseignante. Je ne me suis pas identifiée au personnage car il y a un petit décalage de « génération ». Mais ce premier roman est un roman frais et prometteur. Ella est une prof de collège qui intervient dans une section ULIS. Elle a quitté sa campagne, avec son petit ami ils décident d’aller voir la capitale. On la suit dans sa quête de soi, dans ses tergiversations sexuelles. Elle oscille entre désillusions et illusions.
C’est un bon roman d’été, de vacances. Je le conseillerai en particulier à des lectrices d’une vingtaine d’année.

Mise en page 1

C’est où le Nord ? est le manifeste d’une gamine un peu perdue. C’est le portrait d’une
génération, une photographie de la France d’aujourd’hui. Dans un style moderne et affirmé, Sarah Maeght raconte, pleine d’espoir et avec rage, les errances d’Ella, jeune prof de 24 ans, qui ne sait pas très bien où elle va, signant un premier roman plein d’humour, de tendresse et de sensualité, où défile toute une galerie de personnages pittoresques.
Lorsqu’elle quitte Dunkerque pour vivre à Paris, Victor, son compagnon, repart vivre dans le Nord. Avec Klaus, son poisson rouge, Lou, sa meilleure amie et Théo un copain homo, elle affronte avec humour les tribulations de la dure vie du lycée où elle enseigne le français à des élèves en difficulté. Quand elle rencontre Cléo qui lui fera découvrir les folles nuits parisiennes, Ella ignore encore jusqu’où cette histoire la mènera… l’amour peut-être ?

Source Babelio

A la manière de Miro

J’ai ressorti un livret acheté l’an dernier à la fondation Miro à Barcelone. Il est dans le même style que celui de Gaudi en utilisant des stickers (voir ICI).

J’aime ces livrets car je trouve qu’ils sont un bon moyen d’aborder l’art avec les enfants. Ils voient et ils se deviennent un artiste. Ce sont des moyens pour mettre en mémoire des artistes. En tout cas, cela fonctionne bien pour GirlyMowgli. Certes, elle est très créative et l’art l’intéresse depuis longtemps. La maitresse de l’an dernier (moyenne section) a utilisé des artistes, des oeuvres dans sa pédagogie. Un an après, GirlyMowgli s’en souvient…Vive l’école!!

IMG_20150417_0001

Une oeuvre de Miro à gauche.Avec GirlyMowgli, on aime bien réfléchir sur le choix du titre de l’oeuvre.

IMG_20150417_0002

A droite, le début de l’oeuvre

IMG_20150417_0003

Une page avec des stickers

IMG_20150417_0004

Et zou en avant la création, GirlyMowgli peut refaire l’œuvre mais elle préfère toujours en créer une autre.

P1280400

Mes lectures 2016 #16

logoLecture2016Un livre très intéressant qui m’a captivée en cette fin d’année scolaire. Vous avez dû en entendre parlé . C’est un livre qui nous apprend tout sur l’intestin et sur la digestion. Il est écrit par une femme médecin allemande. Elle s’est intéressée à cet organe suite à des soucis de santé qu’elle a eus. Elle a fait une thèse et ensuite elle a décidé d’informer le grand public sur cet organe mal aimé. J’ai appris beaucoup de choses mais sans aucun doute je devrais le relire car il y avait beaucoup d’informations.

L’écriture de Giulia Enders est remplie d’humour. Le défi d’écrire un livre sur l’intestin agréable à lire est plus qu’atteint, sacré exploit!

livre-le-charme-secret-de-lintestin-de-g-enders

Giulia Enders, jeune doctorante et nouvelle star allemande de la médecine, rend ici compte des dernières découvertes sur un organe sous-estimé. Elle explique le rôle que jouent notre “deuxième cerveau” et son microbiote (l’ensemble des organismes l’habitant) dans des problèmes tels que le surpoids, la dépression, la maladie de Parkinson, les allergies…
Illustré avec beaucoup d’humour par la sœur de l’auteur, cet essai fait l’éloge d’un organe relégué dans le coin tabou de notre conscience. Avec enthousiasme, Giulia Enders invite à changer de comportement alimentaire, à éviter certains médicaments et à appliquer quelques règles très concrètes pour faire du bien à son ventre.
Source Babelio

Ne soyons pas rabat-joie!

Oui, le quasi-silence sur les attentas en Irak est écœurant.
Oui, nous avons une impression que le sang oriental qui coule est moins important que celui occidental.
L’attentat en Irak s’est télescopé sur notre actualité footballistique. Quand on regarde les informations, nous ne pouvons que constater que la coupe d’Europe détient le monopole et les centaines de mort irakiens quelques ridicules minutes.

Certains sont captivés, happés, hypnotisés par la coupe d’Europe et d’autres vomissent le déséquilibre d’intérêt entre le football et les attentats irakiens.

Mais même si je fais partie de ses personnes qui ne comprennent pas pourquoi le traitement de l’information est si terrible. Je ne fais pas ma rabat-joie avec la coupe d’Europe. Je ne la suis pas car ce n’est pas mon truc, aucun boycott de ma part.

Par contre quand je vois la liesse populaire dans les fans zones, quand je vois la joie sur les visages, quand je vois que pendant quelques temps les français sont unis dans la joie et bien, je me dis que les français ont bien besoin de ce moment d’exaltation. Ils ont droit de souffler après cette année et demie bien rude.
Oui, les français ont droit de souffler durant cette parenthèse enchantée.

fan-zone-football_8219e634c9da15e7509fed1875111778