Publié dans école, éducation, citation, Lecture, Marotte

« J’ai mal à l’école »

9782922770469

 

 

Aujourd’hui, après une longue discussion autour d’une de nos élèves, j’ai eu envie de relire quelques passages que j’avais notées suite à cette lecture.

 

En donnant aux enfants les moyens d’être autonomes, dans la mesure où ils peuvent, on les aide à acquérir un sentiment de compétence et de confiance, sentiment qui leur sera essentiel lorsqu’ils feront face aux exigences scolaires sans avoir le «  moi auxiliaire » parental à leurs côtés. Ceux qui ne sont pas autonomes à l’école ont plus facilement tendance à devenir stressés, tristes et anxieux parce qu’ils pensent ne pas pouvoir y arriver seuls.

A trop signifier aux enfants qu’on sera toujours là pour les aider, on leur confirme la vulnérabilité qu’on voit en eux et, du même coup, on empêche une séparation saine et progressive, inhérente au développement. Quand on aide une enfant à mettre ses pantalons alors qu’il en est capable, on lui dit qu’on le croit incapable de le faire lui-même.

Le manque d’autonomie autour de l’apprentissage, trop d’aide à la maison, la dépendance envers l’adulte qui organise, planifie, révise et corrige, voilà autant de facteurs qui contribuent à générer de l’anxiété parce qu’ils empêchent l’enfant d’acquérir le sentiment de compétence nécessaire à sa réussite.

Plaisir d’apprendre, adaptation au monde extérieur et vie sociale stimulante sont gages d’engagement et de réussite scolaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s