Publié dans apprentissage, école, citation, Lecture, Réflexion

Laissez les enfants tranquilles #1

Tout d’abord, rendons à César ce qui lui appartient. J’ai découvert ce livre grâce aux indexVendredis Intellos. Le post ICI de Phypa m’a donné l’envie de le lire. Et je n’ai pas été déçue, je l’ai trouvé très complet. La mère et l’enseignante que je suis, ont été comblées.
Donc je vais vous faire partager cette lecture et qui sait, vais-je vous donner l’envie de le lire 😉

« (…) trop d’examens, de bachotage et de compétition finissent par causer des dégâts; les enfants apprennent mieux quand on leur donne le temps et la liberté d’explorer des sujets qui les intéressent et qui stimulent leur imagination; les projets de classe qui couvrent plusieurs matières à la fois enrichissent l’apprentissage; le jeu et le plaisir font partie de l’éducation; les enseignants doivent être correctement formés et on doit leur faire confiance, sans leur demander constamment d’expliquer et de quantifier la moindre initiative; les écoles doivent avoir plus de latitude pour définir leur propre programme et leur calendrier. »

Depuis la première seconde que je fus enseignante, j’utilise la pédagogie du projet. Pour moi, il est nécessaire de décloisonner l’enseignement des matières pour que cela fasse sens auprès de nos élèves. Alors chaque année, on choisit dans notre école un thème que l’on tente de le lier avec un maximum de domaines. Attention, nous ne devons pas tomber dans l’excès car sinon nos élèves seraient écœurés par le thème. Un autre avantage de travailler sur un projet, c’est qu’en tant qu’enseignante on apprend pleins de choses aussi, on s’instruit aussi. Je ne peux que constater que les enfants s’impliquent beaucoup dans de telle pédagogique.

De plus, j’essaye, je dis bien j’essaye de ne pas trop me stresser sur le programme. C’est à dire qu’en début d’année, je programme tout ce dont je dois faire et après, il y a la vie d’une classe. Au vu du programme actuel de l’école, si on devait tout faire, cela serait tout simplement du survol et du gavage. En Cm2, par exemple, je ne trouve pas fondamental qu’ils aient acquis le passé simple ou le conditionnel. Et si je ne vais pas au bout du programme de l’histoire, je ne me fais pas un ulcère. Mes élèves vont refaire les mêmes périodes historiques une autre fois au collège et une troisième fois au lycée, donc no stress. Et bien évidemment, j’explique tout cela à mes parents d’élève en début d’année.

Publicités

Un commentaire sur « Laissez les enfants tranquilles #1 »

  1. Ravie que ce livre t’ait plu et inspirée.
    En fait je l’avais acheté il y a un an environ à Brest un jour de pluie , ce livre me faisait envie suite à des lectures sur la « slow éducation »

    Dommage que les enseignants se croient souvent obligés de tous faire tout le programme
    Au sein d’une école ils pourraient aussi s’entendre pour une progression sur 5 ans plutôt que des survols répétés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s