Publié dans apprentissage, école, citation, Lecture

La peur d’apprendre

Il y a quelques années, je suis tombée sur un livre qui m’a beaucoup passionné et qui m’a fait réfléchir sur ma manière d’enseigner.
9782100716333-GJe pensais vous en avoir parlé mais non. Donc je vais devoir y remédier dans un prochain post.
A la fin de mes vacances, j’ai lu un article de Serge Boimare sur le Huffpost « Comment retrouver le plaisir d’enseigner grâce aux mauvais élèves », vous le trouverez ICI. J’ai trouvé cet article fort intéressant.

Les projets d’aide aux élèves résistants à l’apprentissage, qu’ils aient peur d’apprendre ou de penser, doivent s’écarter résolument des soutiens personnalisés visant à les remettre à niveau avec du rattrapage ou de la méthodologie. C’est comme cela que nous les poussons à améliorer leurs stratégies anti-apprentissages et que nous plaçons les professeurs qui s’en occupent dans une situation paradoxale.

Depuis quelques années, fleurissent des dispositifs pour les enfants en difficulté: des PPRE, le soutien, les stages de remise à niveau. Ces dispositifs sont accompagnés de paperasse très lourde. Ces dispositifs sont positifs pour les enfants qui ont besoin de petits coups de pouce. La paperasse est un moyen d’éviter un possible « procès ». Car nous sommes dans une société procédurière, donc notre hiérarchie nous pousse à prouver que nous avons mis les moyens. Mais ces moyens sont inefficaces pour ces fameux « élèves résistants aux apprentissages.

La remise en marche de la machine à penser des réfractaires à l’apprentissage va se faire en les aidant à franchir quatre paliers, qui n’ont plus rien à voir avec du rattrapage ou de l’entraînement supplémentaire.

-D’abord, les aider à lutter contre leur premier défaut (ne pas savoir faire de l’image avec le mot lu et entendu). Nous avons ici un frein majeur à l’apprentissage dont personne ne parle. Face à un texte nouveau, face à un énoncé, face à une explication donnée à haute voix l’empêché de penser ne fait pas ce retour à lui-même indispensable pour greffer des images nouvelles sur les siennes. Il n’arrive pas enrichir et sécuriser ses représentations, pour qu’elles soient mobilisables pour apprendre et penser. Apprendre à lire, à écrire, à parler, à calculer, avec des représentations pauvres ou des représentations qui se rechargent en sentiments parasites dès qu’il y a déception ou remise en cause, est l’explication principale de l’échec scolaire. (…)

Quand on lit un texte des images apparaissent et un film se construit dans no9782725627328tre tête. Ce film nous permet de garder en tête les informations lues. Ce film peut se faire aussi car on a un capital culturel, un capital lexical. L’an dernier, j’ai investi dans un manuel pédagogique qui travaille dans ce sens: Lector et Lectrix. J’ai pu constater que mes élèves en grandes difficultés n’ont pas ce fameux film dans leur tête.

4) Savoir que les textes fondamentaux sont un levier formidable pour répondre aux besoins des empêchés de penser.
C’est ce que Serge Boimare approfondit dans son livre. Les contes, la mythologie… sont des lectures fondamentales. « ces récits dégagent toujours, une règle, un principe, une morale, une leçon… qui aident à sortir du personnel pour aller vers l’universel. C’est sur ce chemin que se trouve le fil pour accéder à la dimension symbolique et renouer sans peur avec l’apprentissage. »

Au moment où l’on cherche à relancer la formation des professeurs, il serait facile de mettre en place une action prioritaire qui ne coûterait pas trop cher: la co-réflexion entre professeurs.

Dans ma pratique pédagogique, je souffre d’isolement géographique. J’aurais envie de pouvoir partager avec mes pairs  mais l’administration ne met rien en place pour le faire. Quel dommage et quel gâchis!

 

Publicités

Un commentaire sur « La peur d’apprendre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s