Blog d’hôtes #7

logo hotes4Fidèle lectrice du blog, elle fait partie de celles qui commentent le plus.
Nous nous ne sommes jamais rencontrées mais nous avons plein de points en commun: adoption, école, éducation bienveillante, lecture, carte mentale…
Cette fois-ci, Christelle prend le clavier pour intervenir sur un sujet qui nous préoccupe souvent: l’école et nos enfants.

« Merci à toi Christelle, de venir faire renaitre de ses cendres mon blog d’hôtes »

Confiance en soi et évaluations …

En commençant à rédiger ce billet, j’avais d’abord écrit « confiance en soi vs évaluations » … j’ai finalement opté pour le « et », mais je vous avoue que mon expérience actuelle avec ma puce penche plutôt vers le « versus » … car en effet, face à une avalanche d’évaluations, ma puce commence à saturer et sa confiance en elle en pâtit terriblement.

Ma puce est en CE2, elle aime beaucoup sa maîtresse (heureusement), une jeune instit’ qui vient d’arriver dans l’école, qui leur fait découvrir des tas de choses, notamment en art, en plus des matières dites classiques … Pourtant depuis fin novembre,  les évaluations tombent comme à Gravelotte : au moins deux par semaine, et une par jour au minimum dans les deux semaines qui précèdent chaque période de vacances. Les leçons à peine vues en classe, une évaluation arrive dans la semaine qui suit. Quand je dis évaluation, je ne parle pas d’une petite interrogation pour mesurer le degré de compréhension des enfants, je parle d’un contrôle A4 recto-verso, ou d’une page de calculs à faire avec le chrono qui tourne, … Si, si !

Et si cela s’arrêtait là, ce serait bien … mais reste à subir le retour des notes : la maîtresse passe vite sur le retour des copies aux 4 ou 5 meilleurs élèves, puis lit à haute voix devant la classe et commente les notes des autres !! Ma fille ravale ses larmes, ses peurs, … et se ferme comme une huitre le reste de la journée, pour exploser en sanglots à la maison, en me montrant sa copie … 17/20 … « en cours d’acquisition » … je lis plus loin … trois points en moins dans ce devoir d’histoire pour deux majuscules oubliées à Cro-Magnon et le « s » manquant à la fin des hommes préhistoriques » . Une autre fois, ce fut « 0/3 » sur un exercice parce qu’elle a décrit ainsi le travail de l’archéologue : « il se sert de petits balais et de brosses à dent pour nettoyer les vestiges pour les prendre » …. alors que dans la leçon, c’était : « l’archéologue dégage les vestiges à l’aide de brosses ou de pinceaux » .

Cette fois-là, j’ai quand même vu rouge ! Je  suis allée voir la maîtresse pour lui demander des explications, j’étais très calme, vraiment, je voulais être constructive, lui expliquer l’adoption tardive de ma puce, à 7,5 ans, deux ans avant tout juste … Elle m’a juste répondu qu’il fallait savoir la leçon par cœur …. Je lui ai quand même rappelé à nouveau que ma puce n’était en France que depuis deux ans, qu’elle avait appris à lire et à écrire en même temps qu’à parler une langue qui lui était parfaitement inconnue jusqu’en septembre 2012 … Et là, très calmement, elle m’a dit « ah, mais Madame, je ne peux pas tenir compte des spécificités de chaque enfant. Je travaille pour ceux qui suivent, j’ai un programme à respecter et je prends en soutien les 3 ou 4  qui ont du mal et pour lesquels  c’est utile »… J’ai pensé à ces petits de la classe, avec lesquels j’ai fait le voyage scolaire l’an dernier, ces enfants en difficulté d’apprentissage, et j’ai repensé à cette maîtresse de l’an dernier, qui vivait comme un échec personnel le fait de ne pas trouver la porte d’entrée de l’esprit d’un de ses élèves pour lui apprendre au moins à lire ….

Alors, moi, Maman très exigeante, à cheval sur le travail fait au mieux, sur l’effort fourni, …. J’ai appris avec ma fille à être plus cool, à prendre l’enfant dans son ensemble, à chercher d’abord à la comprendre, souhaitant surtout qu’elle ait compris la leçon, pas à la lui faire apprendre par cœur (alors qu’elle peut puisqu’elle apprend une poésie seule et vite … pour peu qu’on en ait expliqué les mots et le sens ensemble avant) … et cette année plus que jamais, je travaille avec ma fille ….sur les devoirs certes, mais … je lui dis désormais que la note n’est pas le plus important, que ce qui m’importe, c’est qu’elle ait compris et qu’elle  ait fait de son mieux… et tant pis si elle a fait 3 exercices sur 4, si elle a pris son temps pour réfléchir, je préfère … si elle rate parce que la notion n’est pas comprise, ce n’est pas grave, on la retravaillera plus tard … et malgré ça, malgré les capacités phénoménales de ma fille, j’ai mal quand je l’entends me dire, comme hier soir, « maman, j’ai peur de ne pas réussir mes opérations demain. Elle va dire quoi, la maîtresse si j’oublie ma table des 8 ? Maman, j’ai mal au ventre…. » . Alors, je câline, je parle, je réconforte, …. Et intérieurement, j’ai hâte d’arriver à l’année prochaine, où la maitresse est un modèle de douceur, de patience  et de compréhension avec ses élèves …

 Christelle

11 commentaires sur “Blog d’hôtes #7

Ajouter un commentaire

  1. merci de cette publication. J’ai hâte de lire les commentaires !
    Je complète :
    Les relevés de notes de la période sont arrivées, toujours des ECA avec un 18,5 / 20 … mais j’en ai pris la mesure maintenant … on a regardé les évaluations avec la puce, j’ai surtout félicité ma fille, on a regardé où il y avait des difficultés, essayé de comprendre pourquoi et on essaiera de travailler sereinement sur ces points peu à peu…
    et puis, … j’ai envoyé « bouler » gentiment une autre maman, qui me demandait la moyenne de ma fille, pour comparer avec la sienne, … elle le fait depuis deux ans, j’ai souvent répondu, peu cette année, parce que j’ai ressenti comme une satisfaction en elle quand sa fille faisait mieux que la mienne …
    Finalement, après avoir recherché aussi des éléments de comparaison pour savoir comment se situait ma fille dans la classe, je m’aperçois que cette année, j’aurais « grandi » en tant que Maman … il m’aura fallu une instit’ comme celle de cette année pour relativiser et être de plus en plus dans la bienveillance. J’ai encore fort à faire, j’en suis sûre, mais finalement, je me dis que cette année aura eu du bon, elle m’aura permis de réfléchir à ce que je suis, à ce que je peux demander à ma puce et comment améliorer le bien-être de ma fille et ses apprentissages, sans pour autant en faire un « songe savant » …
    A vos claviers, j’ai hâte de lire vos commentaires, vos avis … 😉

  2. Plusieurs choses:
    – D’après ce que je comprends, l’enseignante de ta fille est novice, elle a le défaut de beaucoup de bébés enseignants/ c’est d’être le nez dans le guidon sans regarder le reste. Elle trace, elle a le programme qui lui pèse et qui par conséquent, l’empêche de voir l’essentiel, les enfants, l’humain. Sa remarque « ah, mais Madame, je ne peux pas tenir compte des spécificités de chaque enfant. (…) qui ont du mal et pour lesquels c’est utile » prouve ce que je dis. Elle ne sait pas qu’elle bosse pour les élèves et non pas pour l’administration.
    Cela fait quelques années que je me suis émancipée du programme et du « qu’en dira-t-on » (des parents). Depuis je vois mieux mes élèves et je me sens plus performante pour les aider.
    L’ère Sarko ne nous a pas aidé au niveau du programme, qui est très très lourd et impossible à atteindre avec la majorité de nos élèves.
    – Avant d’être maman , avant de lire tous les bouquins sur la parentalité bienveillante, je pensais qu’il était primordial d’être du côté de l’enseignant.
    Je suis moins catégorique car je suis maman et que je vois beaucoup d’ enseignants détruire des mômes. Je crois que tu as trouvé le bon moyen de faire avec ta fille, ton discours me semble être apaisant et recolle les morceaux de la journée qui ne doit pas être toujours joyeuse. On peut soutenir un enfant en l’aidant à focaliser sur le contenu, sur les objectifs atteints, sur « le faire de son mieux ».
    – La formation des enseignants ne prend pas en compte le volet psychologique des enfants. L’Education Nationale a beaucoup, beaucoup de retard malheureusement. Mais par contre, rien interdit dans ta classe d’utiliser la pédagogie positive, bienveillante.

    1. je suis complètement d’accord sur ce qui concerne l’enseignante. Elle a fait 7 ans d’IME aussi et 2 ans dans une autre école de village, avec des CM2, selon ce qu’elle nous a dit en début d’année. Je pense que sa jeunesse joue … manque de recul, d’expérience, de connaissance du CE2 aussi… Selon mon homme, le fait qu’elle ait fait 7 ans d’IME fait qu’aujourd’hui (contrairement à ce que j’aurais pensé au départ), elle est soulagée d’avoir une classe « normale », et, ne semble plus devoir faire du suivi personnalisé… peut-être aussi.
      Enfin, elle a un petit garçon de 2 ans, et je pense aussi que sa vision sera différente quand son fils sera en âge d’école primaire et qu’elle mesurera la fatigue, les sollicitations…
      A ce jour, j’essaie de compenser, pour ma puce, je place mes exigences de façons différentes, je relativise, je soutiens l’institutrice malgré tout, mais avec mesure… même quand je fais des choix et rassure ma puce ou lui donne raison, je fais en sorte de toujours expliquer positivement la position ou le choix de l’institutrice : « elle a beaucoup de travail avec la classe, selon elle, c’est comme ça que tu dois apprendre, et l’an prochain, ta nouvelle maîtresse aura sans doute une autre façon de faire … c’est en rencontrant des maîtresses et des maîtres différents que tu vas aussi apprendre des tas de choses différentes, apprendre à penser et à dire ce que tu apprécies et ce que tu aimes moins….  » Bref, je ne suis pas toujours d’accord, mais je ne m’agace que seule ou …Sur ton blog … hihi avec ces anecdotes personnelles. Face à ma fille, je tente de trouver des raisons, d’expliquer qu’il n’y a pas de pensée unique, avec les mots qu’elle peut comprendre… une certaine idée de la tolérance et du respect aussi…

  3. Pffffffff. Ca me flingue ce genre d’attitude de la part de l’institutrice de ta fille… tout comme le système de notation ou de contrôle à outrance… si tôt dans la scolarité des enfants !… Oui une autre année, une autre instit’ plus tolérante, plus ouverte, plus sympa… mais l’année où cela ne va pas… cela peut aussi bousiller la scolarité d’un enfant… voire sa confiance en lui. J’ai l’ex. avec ma soeur pour qui cela s’était mal passé en CE2 et qui a ensuite pleuré toutes les larmes de son corps chaque lundi d’école… chaque semaine… jusqu’en terminale !!! Heureusement que tu es là pour palier au problème, pour qu’elle garde estime d’elle-même et soif d’apprentissage… mais j’espère que cela suffira à contrebalancer cet esprit compétitif… de perfection… jusqu’à l’an prochain. Ne serait-ce pas judicieux d’en toucher 2 mots à la directrice ?… Et en même temps, je comprends ton désir de ne pas spécialement la démarquer compte tenu de son adoption, de son déracinement précédent… alors qu’elle a d’autant plus de mérite d’être arrivée là où elle en est aujourd’hui, du fait de son parcours (et de par sa volonté + votre aide inconditionnelle, j’en suis certaine !…) Bon courage à elle… à vous !… Mymy & Co.

    1. j’en ai parlé à la directrice, comme d’autres mamans, et elle va essayer d’entamer une discussion « multi instit » pour évoquer la question, mais délicat, elle n’a aucun regard sur ce que font ses collègues…

  4. Je retire 2 choses de ce témoignage:
    1/ les notes c’est vraiment inutile à cet âge, cela crée un stress supplémentaire alors que notre societe tout entière demande en permanence à nos enfants de se noter, s’évaluer, se comparer: cours de sport, jeu, cour de récré, commentaires des autres parents voire de la famille y compris les autres enfants. 17 ou 20 c’est grossomodo pareil il me semble. Ouf chez nous c’est code couleur. Vert, jaune, orange, rouge. Cela suffit déjà à créer de petits drames.
    2/ Cette folie des évaluations n’est elle pas une conséquence de l’absence de devoirs écrits à la maison? Ils font leurs devoirs écrits en classe sous forme d’évaluation!!!!
    Les pingoos, zens car en vacances encore pour une semaine 😀

    1. Je ne donne pas de devoirs. Je suis en capacité de les évaluer tous les jours en regardant leur travail et de temps en temps, je fais des évaluations . J’essaye d’évaluer une seule compétence, je dis bien j’essaye.

    2. Ca pourrait … mais non, pas mal de devoirs aussi le soir à la maison ! des exercices, des leçons à apprendre … ou plutôt à reprendre car survolées, des punitions collectives à répétition dès qu’il y a des bavardages (dans ce cas, 4 ou 5 verbes à conjuguer au présent, imparfait et futur) …

      1. Le problème de la punition collective c’est qu’elle est profondément injuste . Au final, tu te mets à dos la classe. Efficacité zéro.
        ps: pétard, elle cumule ton instit. 😜

  5. coucou… Me revoici … je viens de me livrer à quelques statistiques … Classe de CE2 cette année donc : période 1 : 15 évaluations (encore supportable, ça fait une moyenne de 2.14 / semaine…), période 2 : 23 évaluations, période 3 : 26 évaluations, et période 4 : 29 évaluations (soit 4,14 / semaine avec des semaines de 4,5 jours …) !! Youpi youpi, joie, joie… je me demande si elle va réussir à passer le cap des 30 pour mai / juin … ???? ;-))

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :