Publié dans être soi, Réflexion, Santé

Autopsie de mes insomnies #1

32378494414a6713ca107818908bd85c

Ceci est un post d’anticipation…car pour l’instant, mes insomnies ne sont pas mortes. Mais cette année, je compte leur mettre leur misère. Alors c’est pour cela que je peux commencer leur autopsie…ouais, j’ai le droit..c’est un post d’anticipation.

Elles et moi, cela fait un bail que l’on cohabite…plutôt qu’elles me parasitent, qu’elles s’incrustent ces salopes. Tout a commencé un doux mois d’août…celui  de 2005. J’allais faire ma première rentrée dans mon école rurale. Sans que j’en ai le désir, j’étais parachutée dans cette école et j’allais devoir pendre en main une classe de petits sauvageons et prendre en main l’école car j’avais eu en cadeau (empoissonné) la direction. C’est quelques temps avant la rentrée que mes nuits commencèrent à devenir plus habitées par des pensées galopantes.

Les premières années, mes colocataires  venaient m’envahir que par période, des périodes plus ou moins longues.
Déjà à cette époque, mon boulot me pompait beaucoup d’énergie. Je pouvais passer de heures à préparer…aucune limite j’avais! Passionnant métier mais j’ai toujours eu un rapport passionnel, fusionnel avec lui.

Et puis, un jour, en quelques jours je suis devenue maman…attente éléphantesque pour une « grossesse » express . Et là, mes nuits sont parties en cacahuète, feux d’artifice à tous les étages. Pendant ce temps, ma fille dormait très bien, ses nuits étaient calées. C’était en 2010. Les périodes d’insomnie se sont allongées. Et c’est à ce moment-là, que je me suis enlisée. J’ai focalisé sur elles mais je ne suis pas allée à la source.
En 2011, j’ai commencé à être pris en charge par une acuponctrice. Les insomnies sont quelques fois parties…mais elles sont toujours revenues.

Au fil des années, j’ai continué à tricoter la journée le canevas de mes insomnies.: des journées denses, trop denses avec des pensées boulimiques, des tonnes de « il faut que », des « penser à faire ». Mon cerveau je l’ai intoxiqué, je l’ai étouffé, je l’ai malmené. Comme dirait mon cher époux « j’intellectualise tout ».

Et l’an dernier, j’ai porté l’estocade finale. J’ai continué d’enfiler des casquettes les unes sur les autres: maman, femme, épouse, maitresse (d’école), directrice, maitre d’accueil temporaire, en formation, présidente d’une association. Et là, ce fut le bouquet final pour mes insomnies.  Elles sont restées l’année scolaire.

85f563742dde733bb965242b031c0605

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s