Publié dans apprentissage, école, Cas d'école

Un élève parmi d’autres #7

Lui, il est chétif, c’est un petit gabarit. Pourtant les parents ne sont pas de petits gabarits surtout le papa. Mais lui, il ressemble à petit oisillon tombé du nid. A force de vivre avec lui dans l’école ou dans la classe, au fil des années, au fil des observations, au fil des relations, j’ai appris à comprendre que l’angoisse, le stress le rend chétif. Il est très jovial, il a un sourire qui n’ose pas, qui est retenu. Quelquefois, dans la classe, l’éclat de rire le submerge, le dépasse.

Depuis deux ans, il s’est installé dans un rituel qui est devenu un cercle vicieux. Dès qu’il doit passer devant ses camarades: exposé, poésie, …il démarre la journée en sanglots, la tête dans les bras. Il a du mal à se calmer, je le fais souffler. Souvent cela finit qu’il  me récite qu’à moi. Desfois, je ne déroge pas, je l’accompagne mais il doit passer devant ses camarades et là, il prend son envol. Les parents ont tenté de s’occuper de son stress, mais en vain. A chaque fois que le professionnel se rapproche du problème, il se met en croix et il refuse de retourner le voir. En ce moment, il a un joli bracelet avec des pierres contre le stress mais bon…c’est pour l’instant inefficace.

C’est un enfant attachant qu’on aurait tendance à protéger, qui  dépend de l’adulte. Il n’arrive pas à prendre des décisions, tellement peur de ne pas prendre la bonne. Il n’arrive pas à déterminer ce qu’il veut faire, il attend que l’adulte choisisse pour lui.

C’est un enfant en grandes difficultés: des difficultés avérées mais d’autres  non. Oui, il a une dysorthographie. Mais pour moi, ce n’est pas ça le fond du problème. Il a des capacités pour faire mieux mais il trie, il ne s’implique pas dans ce qui lui demande des efforts. C’est un passionné de géométrie, il a un compas dans l’œil, il reproduit les figures rapidement. Il passe son temps à démonter, construire. Sa trousse est la caverne d’Ali baba. Nous lui avons trouvé un surnom gentil en accord avec notre lecture: Dédale l’architecte.

Mais voilà les années passent et c’est la fin du primaire, ce petit garçon chétif si stressé va devoir se jeter dans la gueule du collège car c’est cela aussi grandir.

Publicités

3 commentaires sur « Un élève parmi d’autres #7 »

  1. Difficile le saut dans le grand bain ! C peut être un révélateur ou un catalyseur de peurs .. Grandir n’est pas toujours simple… Courage, Dédale !

  2. Et que faire…? On les regarde vivre, grandir, s’opposer, se recroqueviller, on essaie de leur donner des clés, celles qu’on connaît, on essaie d’être là, mais nous ne sommes pas des magiciens… Tu seras peut-être surprise de son attitude, ça m’est arrivée bien des fois, et les collègues du collège sont attentifs aussi, même si leurs moyens sont plus limités en terme de relation avec les élèves.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s