Publié dans Lecture

Mes lectures 2017 #20

IMG_4387

J’ai beaucoup aimé ce livre. J’ai aimé ces personnages, l’histoire. Lui, Frederik le narrateur vit en ermite sur une ile de la Baltique et il comptait finir ses jours comme ça, seul.

Mais voilà un jour, il voit apparaitre sur le lac gelé, son premier amour en déambulateur qui vient le voir, lui. Harriet est un personnage brut, déterminé et en fin de vie. Elle l’a retrouvée quarante ans après pour boucler sa vie, pour avoir des réponses et pour bien d’autres choses.

Harriet lui demande de tenir sa promesse qui lui avait faite 40 ans avant: l’emmener voir un lac. Ce duo improbable part. Je me suis attachée à ce duo, si abimé mais sans compromis surtout elle. Harriet et l’aventure qu’elle va lui faire vivre vont remettre Frederick en vie. Il va retisser des liens avec lui mais aussi avec les autres.

Je suis resté longtemps sur le pont. Brusquement, c’était comme si je n’étais plus seul sous les arches métalliques. Nous étions plusieurs, et j’ai compris que c’était moi que je voyais. A tous les âges, depuis l’enfant qui courait sur l’île de mes grands-parents jusqu’à l’homme qui tant d’années plus tard avait abandonné Harriet, et enfin celui que j »étais à présent. Un court instant j’ai osé me voir, tel que j’avais été et tel que j’étais devenu.

C’est un parcours initiatique à rebours. Fredrik redétricote sa vie, il répare ses erreurs. C’est un livre rempli d’humanité. On y croise des personnages truculents, on traverse des grands paysages glacés. A lire.

A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l’archipel. Depuis qu’une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s’est isolé des hommes. Pour se prouver qu’il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s’y immerge chaque matin. Au solstice d’hiver, cette routine est interrompue par l’intrusion d’Harriet, la femme qu’il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer.

Le temps de deux solstices d’hiver et d’un superbe solstice d’été, dans un espace compris entre une maison, une île, une forêt, une caravane, Mankell nous révèle une facette peu connue de son talent avec ce récit sobre, intime, vibrant, sur les hommes et les femmes, la solitude et la peur, l’amour et la rédemption.

source Babelio

Publicités

3 commentaires sur « Mes lectures 2017 #20 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s