Mes lectures 2017 #33

IMG_6056

Ce livre fera partie de ma liste de livres dont je fus terriblement frustrée en le terminant. L’écriture de Stefansson est poétique. Son écriture nous transmet avec efficacité la dureté du pays , le froid polaire. Cet auteur a un magnifique style, ses phrases sont souvent magnifiques.

Il est peu de choses aussi belles que la mer par une magnifique journée ou par une nuit limpide, quand elle rêve et que le clair de lune est la somme de ses rêves.
(…)
Il est sain pour un être humain de se tenir seul’ au creux de la nuit, il s’unit alors au silence et ressent comme une connivence pourtant susceptible de se changer instantanément en une douloureuse solitude.
(…)
Qui est donc assis là, au tréfonds de notre âme, à diriger les mots?

La frustration vient du style de Stefansson. J’ai été en difficulté de lecture. Peut-être ce qui m’a fait barrage, ce sont des longues phrases. Mon cerveau se perdait, je devais reprendre.

Je suis passée à côté et j’en suis profondément déçue car c’est un magnifique livre.

Cette année, j’ai découvert la littérature islandaise que j’apprécie beaucoup. Sachez que je n’ai pas dit mon dernier mot avec Stefansson.

« Certains mots sont probablement aptes à changer le monde, ils ont le pouvoir de nous consoler et de sécher nos larmes. Certains mots sont des balles de fusil, d’autres des notes de violon.

Certains sont capables de faire fondre la glace qui nous enserre le cœur et il est même possible de les dépêcher comme des cohortes de sauveteurs quand les jours sont contraires. »

Parfois, à cause des mots, on meurt de froid. Comme Bardur, pêcheur à la morue islandais, il y a un siècle. Trop occupé à retenir des vers du Paradis perdu de Milton, il oublie sa vareuse en partant en mer.

De retour sur la terre ferme, son meilleur ami entame un périlleux voyage pour rendre à son propriétaire, un vieux capitaine devenu aveugle, le livre funeste. Pour savoir aussi s’il veut continuer à vivre.

Entre ciel et terre, d’une force hypnotique, nous offre une de ces lectures trop rares dont on ne sort pas indemne. Une révélation…

source Babelio

design

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :