Une élève parmi d’autres #14

Les années s’écoulent dans une école, les enfants passent, aucune année ne se ressemble.
La maitresse dans sa classe, les élèves passent, le temps s’égraine. Des frères et sœurs s’assiéront sur les mêmes chaises, des frères et des soeurs joueront dans la même cour.

Quand je suis arrivée cette première année là, parachutée dans cette école, dans cette école en souffrance que personne ne voulait, il était là le frère numéro 2. Il était là dans ma classe. Il était la rébellion personnifiée, il était mal dans sa peau. Je crois que je ne l’ai jamais vu sourire. Lui et moi, ce n’était pas simple. J’ai bien essayé mais sans succès.
Quand il est parti de l’école, la soeur numéro 2 était avec nous. Pour elle, la silencieuse, la mal dans sa peau, l’école fut une douleur, fut un empilement de difficultés. Elle aurait eu besoin d’orthophonie mais cela ne s’est jamais fait. Et puis…et puis le papa s’est trouvé séparé de sa famille, en prison pour purger sa peine.
La maman courageuse a fait comme elle a pu avec ce que la vie lui avait donné. Elle a essayé de maintenir sa famille. Mais quand l’autorité n’était que paternelle, que lui restait-il pour tenir sa famille ? Quels moyens avait-elle pour maintenir son navire familial dans la tempête de la vie? Sans doute, beaucoup de courage et d’amour.

Les années sont passées et puis un jour, la petite dernière est arrivée dans notre école: belle, joyeuse, sociable et travailleuse. La sœur numéro 4 était l’antipode des 3 autres. Cet enfant dynamique c’était la revanche de cette famille. Elle était la victoire de cette maman. La résilience aussi. Elle a su naviguer dans des eaux troubles, elle a su faire avec son roman familial, son caractère lui a permis de prendre sa place dans cette famille si cabossée.

Et puis un jour, un jour de spleen, un jour où cela avait été plus compliqué à la maison, elle a écrit « ma famille m’angoisse ». Plus tard, elle s’est confiée « J’ai peur quand mes frères se battent. Je vais dans ma chambre. », elle a ajouté « la dernière fois un de mes frères avait une hache. ». Elle a raconté qu’elle ne faisait pas venir d’amis, car elle a peur de ce qu’ils pourraient voir. Intelligente, mature, en se confiant, elle a demandé à l’école de l’aider et l’école s’est saisie de ses paroles.

Publicités

5 commentaires sur “Une élève parmi d’autres #14

Ajouter un commentaire

  1. waouh ! On a peine à s’imaginer de telles choses ! Je souhaite longue et belle vie à cette petite !

  2. De petits oiseaux blessés… les grands frères les petites sœurs, tous ces enfants meurtris qui sont nos plus grands challenges… Ce qui te regardent, tu sais, avec les yeux immenses et remplis d’espoir, que tu espères ne jamais décevoir. Ceux qui doutent de toi, forcément, par habitude puisqu’ils n’ont jamais rencontré d’adultes fiables, et dont la confiance patiemment acquise est à manipuler avec des pincettes. Ceux qui te défient avec un reste de colère dans la prunelle. La colère n’est pas contre toi mais tu pourrais bien la prendre en pleine gueule quand même, en victime collatérale en quelques sortes.
    Ouais, pauvres gosses, j’espère qu’on leur fait un peu de bien, à ceux là… on y travaille chaque jour, hein, Mia ?

    1. Oh! Que oui Camille, on y travaille. Quelquefois, on y laisse des morceaux de notre coeur, quelquefois on est en colère face à cette impuissance, face aux injustices que vivent ces petits loulous. Mais on se redresse car ils ont besoin de nous, ils ont besoin de notre cadre, de notre bienveillance et de notre stabilité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :