Un élève parmi d’autres #15

Cette nuit, en vacances, je me suis souvent réveillée et c’est à LUI que je pensais, à LUI cet élève souriant avec ses beaux cils.

Cette nuit, j’étais réveillée avec cette colère sourde qui m’accompagne depuis quelques temps, envers sa maman. La pauvre, il y a un père mais tellement inexistant que ma colère est sur elle.

LUI, il est jovial, il galère en classe, il rame, il rame à contre courant. Il est en CE2 mais il n’a pas acquis la lecture. Il est l’ainé d’une fratrie de trois avec une soeur et un frère des jumeaux qui ont un an de moins de lui.

On galère à l’école depuis très longtemps à mobiliser la maman pour que LUI soit pris en charge. Ce n’est pas qu’elle ne veut pas, mais elle a toujours des excuses louables. Cela fait des années qu’elle fait son mea-culpa et que quasi rien n’avance. L’an dernier, tant bien que mal une équipe éducative a été faite afin que la maman dépose un dossier à la MDA (ancienne MDPH), à ce jour toujours rien de déposer.

Cette année, il semble qu’elle fasse une dépression, je veux bien l’entendre. Elle s’occupe quasiment seule de ces trois enfants, elle avait un travail avec des horaires pas compatibles avec sa vie de maman. Elle a démissionné.

Je comprends qu’elle n’avait pas le temps pour s’occuper des devoirs, je comprends qu’elle soit dépassée par les événements. Mais la chose qui m’horripile plus, c’est qu’elle ne prenne pas 5mn pour regarder le travail, les cahiers, les évaluations, les mots du cahier de liaison. Rien n’est signé, je suis obligée de l’attendre pour lui faire signer les mots importants entre deux portes. Et puis il y a toujours cette mélodie du Mea Culpa.

Deux enfants sur les 3 ne sont pas en forme, ils s’inquiètent pour leur maman. Les trois enfants sont en grandes difficultés. L’école est à deux doigts de faire une information préoccupante. Lors d’une réunion entre toutes les maitresses des enfants et le directeur, la mélodie du Mea culpa était là agrémentée de bonnes résolutions. Finalement l’information préoccupante est suspendue, mais jusqu’à quand?

LUI, il est en fin de cycle 2, je vais faire des démarches afin qu’il soit maintenu un an de plus en CE2 pour lui donner un an de plus pour apprendre à lire. Mais cela me questionne. Je vais faire des papiers, l’école va mettre en place des choses pour cet enfant mais si les parents ne réagissent pas plus, à quoi bon? La maman ne travaille plus, elle doit prendre rendez-vous avec les services sociaux de la ville, elle doit faire en sorte que son fils retourne chez l’orthophoniste. Va-t-elle prendre le temps pendant ces quinze jours de vacances, de regarder les devoirs des enfants? Prendre le temps de regarder les évaluations? Prendre le temps de lire les bulletins et de les signer?

Si elle n’a pas pris ce temps là, à quoi bon faire redoubler cet enfant? C’est mon questionnement actuel. L’école ne peut pas faire de l’assistanat, cela n’a aucun sens.

7 commentaires sur “Un élève parmi d’autres #15

Ajouter un commentaire

  1. Un jour que j’avais le même genre de questionnements au sujet d’une enfant en grande souffrance face à une maman toxique (aimante quand même, hein, mais toxique…), la psychologue scolaire m’a dit un truc que je n’ai pas oublié. « Dites-vous que vous offrez à cette enfant, six heures par jour, l’image d’un adulte qui ne pète pas les plomb, qui est mesuré, rassurant. C’est pas génial, mais c’est pas rien quand même. »
    Bon courage, Mia.

  2. C’est pas facile de voir ce qu’il se passe dans certaines familles, on fait ce qu’on peut de notre côté mais si la famille n’y met pas un peu du sien. Dur dur et quel sera l’avenir de certains ? Je me questionne aussi certains jours.

  3. Le mea culpa a ses limites. Une autre maman (que tu connais bien) m’a dit en novembre qu’elle arrêtait de travailler et qu’elle allait reprendre les démarches pour sa fille… 3 mois plus tard, rien, toujours pas de cahiers signés, de rdv acceptés malgré mes multiples demandes, pas de dossier déposé à la MDA. Je suis fatiguée de voir l’école s’agiter dans tous les sens face à des parents qui ne bougent pas le petit doigt, je suis fatiguée de culpabiliser que tel enfant n’avance pas assez malgré ce qui est mis en place en marge des 26 autres, qui eux aussi ont besoin de moi.
    Alors oui, 6 heures avec des personnes stables et des repères c’est déjà bien.
    Il serait temps qu’on puisse rappeler de manière officielle qu’un parent n’a pas que des droits. On laisse la négligence s’installer par culpabilité de causer des problèmes, par espoir que ça s’arrange et la vie de l’enfant défile sans amélioration pendant ce temps.

  4. je lis ces mots avec douleur, je pense à une famille dans l’école de mon fils, j’ai proposé à la maman de l’aider, dans les actions parentalités de mon association, et idem, toujours des « oui mais ».. La lecture de ton post a eu une drôle de raisonnance en moi : cette maman sait-elle lire ? Ne met-elle pas en oeuvre des stratégies d’évitement pour ne pas dire sa douleur… ?
    Enfin, toi, tu la connais, tu sais que ce n’est sans doute pas le cas. Quoi qu’il en soit, bravo d’apporter de la stabilité à cet enfant, à cette fratrie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :