Publié dans divers, Lecture

Mes lectures 2017 #26

IMG_5686

J’ai eu une période « Amélie Nothomb ». J’attendais la rentrée littéraire pour lire son dernier livre. Après cette période boulimique des livres d’Amélie Nothomb, j’ai arrêté de la lire. Lassée?

Incroyable personnage, elle est fascinante. Elle fait partie de ces individus qui sont à part. Il se dégage de ses interviews de la fragilité, de l’humanité et du  mystère.

Et puis autour d’un rayonnage dans ma médiathèque, je tombe sur barbe-bleue et je me dis « pourquoi pas. »

Ce ne fut pas une reprise très enthousiasmante. Mais j’ai apprécié ce huit-clos entre Saturnine et Don Elemirio. Saturnine a répondu à l’annonce de Don Elemirio qui cherchait une colocataire (uniquement une femme, souhaitait-il). ce dernier n’est pas à sa première colocataire…mais il semblerait qu’elles aient toute disparu (mortes?). Don Elemirion, est-il le Barbe-Bleue contemporain?

« Ceci est l’entrée de la chambre noire, où je développe mes photos. Elle n’est pas fermée à clef, question de confiance. Il va de soi que cette pièce est interdite. Si vous y pénétriez, je le saurais, et il vous en cuirait. »

Mais dans ce détournement de conte, notre protagoniste féminin n’a aucunement peur de son colocataire, bien au contraire. Au fil du temps, les rapports s’inversent.

Ce livre est un huit-clos où les dialogues font rage.

Je n’ai pas vécu un grand enthousiasme mais j’ai bien aimé retrouver la plume de cette auteure haute en couleur.

design

 

Publicités
Publié dans école, éducation, divers, Réflexion

Teaser: un hold-up

ac141959d569611f2f2fbdbfea7c54c4

Et voilà, les vacances sont là. Une nouvelle année scolaire vient de prendre fin, ma treizième waoouh!

Celle-ci ne fut pas piquée des vers, haute en couleur. La dernière période de douze semaines fut loooongue, très looongue! De plus, la canicule ne nous a pas épargnés, nous avons eu des 34° dans nos classes.

Et puis nous avons vécu un vrai hold-up. Comme ce sont les vacances, je ne vous déverserai pas tout mon ressentiment, toute mon aigreur concernant cet hold-up. Je vous en reparlerai en fin de vacances. Je vous raconterai la dernière arnaque, celle qui a permis en un claquement de doigts de revenir sur les rythmes scolaires. Le hold-up qui fait qu’en deux jours, sans réflexion aucune, il a été décidé de repasser de 4 jours et demi à 4 jours. A vomir!

Ce jour-là, j’ai su que j’avais perdu mes illusions dans  l’Education Nationale!

Publié dans être soi, citation, divers, Pleine Conscience, projet

Discipline et changement


Au début, quand j’ai pris la voie du changement, j’ai compris une chose fondamentale: cela ne pourrait pas se faire sans discipline.

Et oui, si on veut modifier des comportements ou changer, cela ne peut se faire sans de la rigueur, de la volonté et de l’effort. Il faut être claire, si vous souhaitez faire le marathon de Paris, cela ne se fera pas sur votre canapé. Et, non désolée!

Et puis j’ai aussi compris que le « on ne peut pas changer. », « ce n’est pas de mon tempérament »…sont tout simplement des excuses…bidons!

Le degré d’acceptation de votre responsabilité pour tout ce qu’il vous arrive dans votre vie correspond précisément à la force de votre pouvoir mental de danger ou créer quelque chose dans votre existence.

Hal Elrod

Alors qu’on se le dise, si on veut changer nos comportements, c’est possible et pour tout le monde…enfin, pour ceux qui en ont la volonté et qui vont être disciplinés. Si ce n’est pas le cas, alors on peut continuer à ruminer, râler et à ne pas être satisfait de sa vie.

Au début, quand j’ai eu la volonté de me bouger le cul et de prendre ma vie en main, j’ai su que je devais agir sur le lâcher-prise. J’avais conscience que cela serait la clé qui permettrait de déverrouiller mon mental. Alors certes, je me suis mise à méditer, j’ai lu mais je me suis imposée une discipline. A chaque fois, que je sentais la mayonnaise monter, que je sentais que je commençais à cumuler…je me répétais une phrase : « qui te demande de le faire de suite? », à 90% je répondais: « moi ». Alors à cette réponse, j’enchainais par une action: de remettre à plus tard, de prioriser et de ne surtout pas tout cumuler, j’ai repoussé, j’ai mis en stand-by, j’ai délégué ou je n’ai pas fait…lâcher-prise.

Publié dans Actu, être soi, divers, Humeur, Réflexion

Une pause à durée indéterminée

Je suis arrivée au bout. Je sais que j’ai atteint mes limites. Il est temps de se recentrer, de se déconnecter le plus possible.

Quand l’inhumain est arrivé encore sur notre sol, j’étais déconnectée, j’étais sans réseau . J’étais en vacances à la montagne, coupée du monde et bien heureuse de l’être. Et puis il y a eu un coup de téléphone qui m’a appris cette énième horreur . Je n’ai su que l’essentiel et c’était déjà trop. Et nous avons continué notre séjour, déconnectés, désireux de rester dans notre bulle…loin des images, loin de l’horreur. J’ai regardé les enfants jouer…loin de cette barbarie…bien loin. Je les ai observés, je me suis imprégnée de ma fille…ils ont construit des cabanes, fait des bateaux, attrapé des têtards…ils se sont construits des mondes…des mondes sans horreur.
Cette déconnexion forcée, cette absence d’information m’ont permis de comprendre qu’il était tant de prendre le large…de rester centrer sur soi, sur sa famille, sur sa vie, sur l’essentiel. Jusqu’à quand vais-je vivre avec le minimum de connexion? Je ne sais pas…sûrement quand je serai plus distancée avec ce monde de barbare.
Peut-être que pour mieux accepter cette période violente que nous allons vivre, il va falloir apprendre à se déconnecter …pour se protéger…pour pouvoir composer avec la violence, la mort, la barbarie.
Je resterai surement sur instagram. La photo c’est ce fragment de beau que l’on immortalise. La photo c’est le regard que l’on porte sur le beau.

temps-de-pause

 

Publié dans Actu, coup de gueule, divers

#NotJustANumber

« Je suis allée sur le marché, acheter du sang. Ils m’ont montré ce qu’ils avaient. Le sang le plus cher venait de Paris, le suivant de Bruxelles. J’ai dit, montrez-moi quelque chose de moins cher, ils m’ont montré le sang du Pakistan et de la Turquie. J’ai dit : et celui-là, c’est combien ? Il m’a dit : personne ne s’intéresse à ce sang, personne n’en veut, il est gratuit, il coule tous les jours. Quel est ce sang ? ai-je dit en pleurant. Ils ont répondu: ‘c’est le sang de l’Irak' ».

Source Europe 1

CmrYtgXWAAA6OQY

3 juillet 2016
280 morts

Attentats
Irak

Versus

13 novembre 2015
129 morts
Paris

hommage-attentats-paris-13-novembre-2015-couleur-drapeau-franccca7ais-monument-monde

 

Publié dans divers

Mes lectures 2016 #14

logoLecture2016Quand j’ai découvert ce livre, le titre m’a interpellé « Je pense trop. Comment canaliser ce mental envahissant. ». Cela a fait écho. Car c’est ce que je ressens, j’ai un mental envahissant. J’ai dévoré la première partie, je n’ai pas arrêté de souligner des passages. Je me suis vraiment retrouvée. Très souvent, je me disais que c’était vraiment moi. La lecture de cette première partie était magique, comme une révélation.

Qui pourrait penser qu’être intelligent puisse faire souffrir et rendre malheureux ? Pourtant, je reçois souvent en consultation des gens qui se plaignent de trop penser. Ils disent que leur mental ne leur laisse aucun répit, même la nuit. Ils en ont marre de ces doutes, de ces questions, de cette conscience aiguë des choses, de leurs sens trop développés auxquels n’échappe aucun détail. Ils voudraient débrancher leur esprit, mais ils souffrent surtout de se sentir différents, incompris et blessés par le monde d’aujourd’hui. Ils concluent souvent par :  » Je ne suis pas de cette planète !  » Ce livre propose des cours de pilotage de ces cerveaux surefficients

Source Babelio

Et puis je me suis moins reconnue dans les parties suivantes; Car je ne me sens pas d’une autre planète. Je me sens bien dans mes baskets. Je ne me suis pas sentie en décalage dans ma vie d’enfant, d’adolescente. Peut-être que j’ai un cerveau surefficient mais que 10 ans de psychothérapie m’a  permis de bien le vivre…à part la nuit 😉

517iGCOUomL._SX351_BO1,204,203,200_