Publié dans Consommation éclairée, Lecture, Pleine Conscience

Mes lectures 2017 #24

Fichier_000

Voilà un livre que je serai amenée à relire je l’ai beaucoup aimé.
4 sages réunis dans ce livre: un moine bouddhiste, un psychiatre, un agriculteur-philosophe et un professeur en médecine. Ces 4 personnes humanistes nous proposent de nous changer pour changer le monde.
Elles partent du principe que tout commence par nous et qu’ensuite cela permettra un changement plus global dans le monde.

Se changer et changer le monde ne sont pas deux éléments qui s’opposent, mais deux processus qui se nourrissent et se renforcent mutuellement.

Chacun partage sa vision qui nous permettra de changer notre conscience.
Il est fondamental de s’occuper de soi-même non par nombrilisme ou par égoïsme, mais pour protéger et restaurer ce qui fait notre humanité: notre intériorité.
Dans ce livre, il y a plusieurs fils rouges: la pleine conscience, la sobriété heureuse (sortir du matérialisme, de l’hyper-consommation), l’altruisme et la Terre.

Changer le monde, cela revient, de mon point de vue, à se transformer soi-même pour mieux servir les autres, tout en évitant de changer le monde de manière destructrice, en dévastant notre environnement, en exploitant les animaux et en causant la disparition de nombreuses autres espèces. Cela implique d’avoir une attitude responsable à tous les niveaux.

Matthieu Ricard

 

design

Publié dans Coup de coeur, Lecture, Pleine Conscience

Mes lectures 2017 #23

IMG_4686

En 2016, j’avais déjà lu ce livre, je vous avais parlé par ICI. Mais quand je le lisais, je savais que je serais amenée à le relire, c’était une évidence.

Les mois sont passés et j’ai continué à méditer et à lire sur la Pleine conscience. J’ai ressenti le désir de me replonger dans le livre de Christophe André, qui est pour moi THE livre, le livre qu’il faut avoir, le livre qu’il faut lire, il est incontournable.

Je l’ai relu avec délectation et il m’a toujours autant questionné, fait vibrer…

Il y a, dans la pleine conscience, la nécessité de se recueillir. Se recueillir, c’est se recentrer, se « réhabiter », reprendre contact avec soi-même, là où précisément beaucoup de nos actes et de nos environnements nous coupent de nous-mêmes.

Au bout de 10 mois de méditation, de vivre au mieux en Pleine Conscience, j’ai vraiment cette impression de « me réhabiter ». Je ressens mon corps, je suis encore plus mon instinct.

Vivre conscient n’est pas sans risque, et le recueillement pousse vite au désir de dépouillement, non pour s’appauvrir mais pour s’alléger.

 

Renoncer à attendre: c’est, sans doute, pour le débutant, l’aspect le plus déconcertant de la formation à la méditation de pleine conscience. Ne rien attendre, ne pas espérer que la séance soit source d’éclaircissements ou apaisements.

Il me semble que moins on attend quelque chose dans la médiation, plus on a des chances de méditer longtemps et avec régularité. Je constate que les gens qui m’entourent et qui n’arrivent pas à tenir la régularité de la médiation, qui abandonnent, sont ceux qui sont déçus, car ils attendent quelque chose…qui ne vient pas. En attendant quelque chose de la médiation, on se trouve dans autre chose que le présent, la Pleine conscience, on anticipe.

Au bout de 10 mois de médiation, cela est devenu une hygiène de vie. Le peu de fois que je ne médite pas, cela ne me va pas. C’est pareil que pour la douche, le petit-déjeuner.

 

design

Publié dans citation, Lecture, Pleine Conscience

Mes lectures 2017 #4 et #5

design

 

Un post pour deux livres complétement différents. Mais en ce moment, je lis toujours deux livres en même temps: un de fiction et un sur le développement personnel.

« Les heures souterraines » de Delphine de Vigan et  « Où tu vas, tu es «  de Jon Kabat-Zin

Les heures souterraines de Delphine de Vigan:

Un roman loin d’être léger, nous accompagnons deux personnages: Mathilde qui se trouve aspirer dans un harcèlement moral au travail et Thibault dans sa rupture amoureuse. La vie étouffante de deux citadins. Ces deux personnes sont désespérées, ils perdent peu à peu pieds dans leur vie. Tout le long du roman on se demande s’ils vont se croiser.
J’ai bien aimè cette écriture tendue voire étouffante.

 

Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu’au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l’attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n’ait été dit, sans raison objective, Mathilde n’a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu’elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.

Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l’attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l’immense solitude qu’elle abrite.

Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d’eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s’arrête. Autour d’eux s’agite un monde privé de douceur

source: Babelio

p1300053

Où tu vas, tu es de Jon Kabat-Zinn:

Jon Kabat-Zinn est le papa du MBSR (Mindfulness-Based Stress Reduction ou « Réduction du stress basée sur la pleine conscience »). Il a mis en place les stages de MBSR vers la fin des années 70 dans sa clinique aux États-Unis dans le Massachusetts.
Certes, avant ce livre, j’ai lu d’autres livres sur la pleine conscience. Alors je n’ai pas tout découvert. Tout de même, je l’ai bien apprécié. Avec ce livre, on apprend la base et plus de la méditation laïque de pleine conscience : bienfaits, technique, exercices…

Des recherches scientifiques récentes ont démontré que la pratique de la méditation et de la pleine conscience avait des effets remarquables sur le corps et l’esprit. Au cours de la méditation, l’attention se porte sur le moment présent. Dans cet état, il n’y a pas de jugement, pas de passé, pas de futur, pas de pensées incessantes. Votre conscience est simplement là, dans le silence et le calme absolu. Où tu vas, tu es s’adresse à toutes les personnes qui souhaitent commencer ou approfondir une pratique de la méditation pour se libérer du stress et trouver le chemin de la guérison. En apprenant à vivre dans le présent et en éveillant votre conscience, vous aurez accès à des ressources de joie, de créativité, de santé et d’intelligence dont vous ne soupçonniez même pas l’existence.

Jon Kabat-Zinn

 

 

Publié dans être soi, citation, Pleine Conscience, Virée

Rien de tel

img_1965

Depuis quelques années, nous profitons que l’héritière prenne des cours de ski pour marcher, faire des raquettes. J’affectionne ces moments-là silencieux emplis de contemplation de la nature recouverte de neige.

L’an dernier, l’Homme avait profité de ces moments-là sans grumeau pour me donner des cours particuliers de photo afin de m’initier aux réglages de mon appareil.

Cette année, je profite surtout de ces moments-là pour faire de la marche méditative. La nature et la rando s’apprêtent bien pour cela. Dès que l’on se trouve dans la nature et que l’on peut marcher, simplement marcher et rien que marcher, on  se trouve dans un moment méditatif. L’absence de la louloute bavarde nous permet de nous recentrer et de marcher tout en profitant au maximum de l’instant présent. Respirer, regarder, sentir.

L’atmosphère silencieuse, calfeutrée ressource.

Ces moments-là nous donnent la possibilité d’être juste là et nos ruminations, nos cogitations perpétuelles n’ont plus de place .

 

Notre vraie demeure est le maintenant. Vivre dans l’instant présent est un miracle. Le miracle n’est pas de marcher sur l’eau. Le miracle est de marcher sur la terre verte, en ce moment, d’apprécier la paix et la beauté qui nous entourent maintenant.

Thich Nhat Hanh

 

img_1986

Publié dans être soi, Pleine Conscience, Santé

6 mois

Cela fait six mois que je médite.

6 mois de méditation avec très peu de jour sans…à peu près 10 environ.

Je le fais consciencieusement, avec discipline car c’est une discipline de méditer tous les jours . Pour l’instant, je médite en m’appuyant sur l’application Petit Bambou, qui est d’une très grande qualité. Je lis beaucoup sur la méditation de Pleine Conscience. J’essaye,  de manière « artisanale », de m’approprier la Pleine Conscience. J’essaye de vivre de plus en plus en Pleine Conscience. Pour l’instant, je ne me suis pas fait accompagner par un professionnel de la Pleine Conscience. Cela me manque et je pense que cela fera partie de mon cheminement de participer à un stage de MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction) ou de faire des retraites.

Méditer en pleine Conscience m’apporte tant, et c’est entrain de modifier ma manière de vivre, ma manière de « me » vivre. Je suis qu’au prélude, mais déjà j’y vois tant de bénéfices.

Je pense que la méditation fut un élèment fondamental dans le lâcher prise de mes nuits. Certes, l’hypnose y a mis l’escotade finale mais ce fut possible car déjà j’avais entamé un travail sur moi.

La Pleine Conscience m’a aussi permis d’entamer un travail sur le lâcher prise. J’en suis qu’au début mais j’ai bien avancé. Vivre en Pleine Conscience, c’est vivre en profondeur l’instant présent et du coup, cela permet de ne pas s’ancrer dans des ruminations qui concernent le passé ou le futur. Cela ne nie rien mais cela dilue nos pensées dans autre chose. La Pleine Conscience crée de l’espace dans notre mental ce qui permet de ne pas cristaliser son mental sur des pensées qui ne reposent pas sur la réalité. Car la réalité est uniquement le Présent, pour le reste, on observe ses émotions, ses états d’âme.

Grâce aux divers thèmes de méditations guidées, j’apprends à agir et non réagir. J’acquière divers outils intéressants pour vivre mieux, pour vivre Ici et Maintenant.

Publié dans école, être soi, Cas d'école, citation, Pleine Conscience

Tel un signal d’alarme

dalai

Le climat scolaire devenant de plus en plus délétère, cela m’a grignoté peu à peu mon moral de maitresse.

Au début, grâce à la méditation et la pleine conscience, cela se cantonnait à l’école. Dès que je rentrais dans ma voiture et que j’arrivais chez moi, ouste du balai l’école. Tous ces enfants si compliqués ne m’accompagnaient pas chez moi comme d’habitude et donc par conséquent, ils n’habitaient pas mes nuits…mes insomnies.

Il y a eu un mois de décembre difficile, des parents d’élève ont fait vaciller équilibre si précaire de notre école. Hors école, leur intervention violente sur certains de nos élèves a apporté tellement d’instabilité dans nos classes, tellement d’incompréhension auprès de beaucoup. Cette violence d’adulte sur enfant pour régler des comptes a encore plus désorienté nos élèves si compliqués, si borderlines.
J’ai cru qu’en arrivant en janvier, les choses se seraient calmées mais non. Ces parents perturbateurs d’équilibre ont continué et le déséquilibre s’est agrandi.

Et puis il y a eu les révélations d’harcèlement durant le temps du transport scolaire. Et là, mon mental a été grignoté. Ce jour-là, je n’ai pas réussi à laisser tout ça à l’école, j’ai roulé sur cette route quotidienne et peu à peu la nausée est montée. Et cela a commencé à m’entamer. La Peine conscience s’est diluée.

Le travail de sensibilisation, le travail pédagogique que nous avons menés dans nos classes après les révélations auraient dû nous faire traverser la tempête…enfin c’est ce que j’ai cru ou c’est ce que j’ai voulu croire. Mais le château de cartes s’est effondré, tout a dérapé dans notre cour, dans ma classe. Je me suis sens tellement impuissante face à leurs diverses réactions…certains sont dans un jeu vidéo, ils sont déconnectés de la réalité. Beaucoup n’ont pas encore acquis la permanence de la loi. Pour eux, elle est fluctuante, elle se négocie, elle se contourne…ce n’est pas forcément leur affaire. Leur égocentrisme est encore plus exacerbé…ils agissent comme dans une meute…C’est une meute et pour appartenir à cette meute, il faut intégrer les règles de la meute, leur manière de communiquer. Les harcelés d’antan s’agglomèrent à la meute pour être du bon côté.

Ces enfants-là me font enrager, me font sortir de mes gonds …tellement souvent…trop souvent que mon coeur de maitresse pleure, car il y a aussi les autres dans ce chaos.

Alors mon sommeil a vrillé, les insomnies sont revenues une nuit, deux nuits et là, ce fut pour moi un signal d’alarme. Hors de question de recommencer comme avant, hors de question d’oublier tout ce que j’ai appris sur moi depuis quelques mois. Hors de question de sortir de ma voie. Alors j’ai fait des médiations guidées sur le stress, le lâcher-prise, les sentiments négatifs. Le soir, j’ai médité aussi, j’ai lu un peu plus et j’ai encore mis encore plus en quarantaine ma tablette à la maison . Je me suis recentrée, j’ai observé ma tempête et j’ai délégué le problème car cela me dépasse. J’ai fait appel à ma hiérarchie pour passer la main: on va tous se réunir parents, mairie, Education Nationale.  On verra bien comment tout cela va évoluer…mais pendant ce temps mes nuits sont redevenues plus paisibles.

Le défi va être aussi que l’ambiance de la classe s’adoucisse…mais cela me semble être un putain de défi!

1332

Publié dans citation, Lecture, Pleine Conscience

Mes lectures 2017 #2

design

 

 

C’est mon deuxième livre de livre de Thich Nhat Hanh que je viens de finir de lire. J’avais lu en 2016, le miracle de la Pleine Conscience. Je l’avais beaucoup apprécié, j’en avais parlé dans ce post ICI.

 

 

 

Dans La Sérénité de l’instant, Thich Nhat Hanh, nous prouve que dans l’ordinaire de la vie, les situations les plus simples – si souvent négligées au profit d’une fuite dans un ailleurs fantomatique – sont capables de nous transformer et de transformer peu à peu le monde.

source: Babelio

Ce que j’ai affectionné dans ce livre, c’est que Thich Nhat Hanh nous donne plein de petites techniques pour être en pleine conscience durant notre journée. Toutes ces techniques mises bout à bout dans notre journée, nous aideront à être plus sereins, moins stressés. Ce livre s’adresse à tous aux novices comme aux plus experts en méditation.

Chaque fois que l’on s’exerce à vivre en pleine conscience, l’on plante des graines saines et renforce celles qui sont déjà en soi.

Thich Nhat Hanh

Sa lecture est facile, claire et ses techniques sont faciles à mettre en place.

9782290014776fs